RÉCITS

Lettre du silence à un ami.

Cher ami.

C’est une première. Je m’exprime sans parler, tout en disant tout. C’est un métalangage que je découvre et que j’expérimente avec toi, rien qu’avec toi; parce que je ne peux plus me taire et me cacher plus longtemps. Je veux que tu me connaisses, que l’on se connaisse. Soit dit en passant, je connais plus sur toi que toi sur moi.

Nous nous connaissons très bien depuis très longtemps mais sous différents noms, différentes physionomies et sous différents auspices. Je me suis présenté à toi comme courage, soupir, libération, surprise, choc, compassion, indifférence….Tu as dû me percevoir froid, chaud, admiratif, interrogatif ou résigné. Ma présence à tes cotés était irrégulière et dépendant de plusieurs circonstances. Ce dont je suis sûr est que j’étais toujours présent quand tu me sollicitais pour un moment furtif de décompression, ou pour un long séjour de méditation et d’introspection. Pour ne rien te cacher, je t’avoue que je te sentais mieux dans ces moments d’introspection. Tu étais serein, détendu; ton esprit s’aligne avec ton âme, ton corps se met en retrait pour nous regarder et écouter nos conciliabules d’un air contemplatif. Pour moi aussi, égoïstement, je préfère et privilégie ces moments, car je prenais tout mon temps avec toi pour participer à l’épuration de tes souvenirs et découvrir tes élucubrations humanistes. Il y a aussi des moments où je m’invitais voire m’imposais. C’était pour préserver ta sérénité, pour amortir et absorber une déconvenue ou pour combler des moments de solitude et de tristesse comme actuellement.

Maintenant, je peux l’affirmer, je te connais très bien. Je sais que tu n’aimes pas qu’on parle de toi, ni en bien, ni en mal. C’est pour cette raison que j’ai décidé de t’écrire ce que je sais de toi. Pour que personne ne l’entende; toi, y compris. Notre première rencontre intime fut un jour de mai, il y a 50 ans. C’était le 11 mai 1970. Tu étais assis sur un muret à TIGHILT ALACOUL à Maillot. Je passais par hasard dans cet endroit bouillonnant d’élèves, je t’avais remarqué seul, pensif. Je me suis arrêté un peu plus loin, derrière un arbre pour t’observer. Étant plus âgé que toi, je le suis toujours d’ailleurs, et ne te connaissant pas, je ne pouvais te parler pour les raisons que tu comprends. Cependant, j’avais remarqué les gestes de tes pieds que tu balançais, tes lèvres qui s’entrouvraient, tes yeux qui clignaient et ta tête figée et immobile. Je n’ai pas pu me résoudre à te laisser seul. Je me suis rapproché de très près de toi inconsciemment sans que tu t’en aperçoives. J’ai lu une grande tristesse sur ton visage et remarqué tes yeux larmoyants. Je me suis dit, qu’à cet âge et en présence de tant d’élèves camarades, se retrouver seul, n’est pas fortuit. Tu m’avais ému au point d’avoir envie de te parler. Mais je me suis retenu par vocation. Ma devise est de ne jamais parler, mais d’écouter.

Depuis, je t’ai toujours suivi. Des fois très près de toi, d’autres avec toi.

Le Lycée Technique d’Etat de Dellys : ‘Une fabrique’ d’excellence et de réussite

Les trois années du L.T.E m’avaient appris à ‘réprimer’ mes besoins et mes désirs autres que ceux de la scolarité. J’avais appris à résister à la jouissance de l’argent disponible en poche, réservé et affecté, aux achats de produits indispensables. Mon budget pour les deux ou trois mois d’internat, entre les visites, était de trente-six…

HAMRAOUI Yacine : Un nom à retenir, un Awaqur à découvrir

Certains diront, c’est le fils de HAMRAOUI ARAV, ils le reconnaissent, avec raison. D’autres s’interrogeront, qui est ce ‘jeune homme’, Yacine ? Ils n’ont pas tort, il faut le découvrir et le connaître. Car, au niveau national, il a acquis une réputation de négociateur et de défenseur des droits des enseignants. Certains diront, c’est le fils…

Iwaquren, novembre 2022 : 5 jours de mémoire et de défis

Commémorer, témoigner, se recueillir sur les lieux du crime colonial, s’émouvoir, panser les blessures, se projeter vers le futur sans oublier le passé ; tels sont les objectifs de la semaine de commémoration Iwaquren(1), de novembre 2022. Ces objectifs ont été mis à la lumière du jour et atteints grâce à la mobilisation des hommes et des femmes, de grande…

Iwaquren : 3arch ‘universaliste’. 1ère partie

Deux leaders nationalistes, ont marqué la révolution algérienne. Amrouche Ahmed, un des responsables de « l’Etoile Nord-Africaine », responsable du Parti du peuple algérien (PPA), mort à la prison de Berrouaghia, sous la torture en 1942. Son frère Si L’Mouloud Awaqur s’était sacrifié pour que ses camarades survivent, encerclé par les parachutistes du général Bigeard. Un condamné à mort…