Dalila ARIBI AMAROUCHE* : mon fils est autiste, j’ai changé mon comportement, pour lui.

J’étais là, à le regarder, impuissante car je ne connaissais rien sur l’autisme. Je ne savais pas comment l’aider, ni même communiquer avec lui ….

Avant le diagnostic, j’avais remarqué chez mon fils Yanni certaines de choses que j’estimais un peu étranges ( bouger ses mains d’une manière répétitive, pas une ou deux fois mais toute la journée.  Boucher ses oreilles pour le moindre bruit. Ne pas répondre quand on l’appelait et le pire c’est l’absence de langage : ne pas entendre votre enfant vous appeler maman est le pire sentiment qu’une mère puisse éprouver). Beaucoup de questions commençaient à m’envahir.  Pourquoi moi ? Pourquoi mon fils ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Peut-être je n’ai pas bien fait les choses ?

 Je ne savais pas que c’était juste le début. Le pire restait à venir, car le parcours du combattant ne faisait que commencer. Quand il avait trois ans, j’avais remarqué que le peu de mots qu’il disait avaient disparu. Remplacer par des cris et des pleures sans raison. J’étais là, à le regarder, impuissante car je ne connaissais rien sur l’autisme. Je ne savais pas comment l’aider, ni même communiquer avec lui. Yanni pleurait et je pleurais avec lui.

Un soir j’avais vu un témoignage d’une mère qui a pu aider son fils à sortir  de l’autisme. C’est là que j’ai commencé à lire et à me documenter sur le sujet. J’avais suivi une formation pour comprendre déjà ce qu’était l’autisme afin d’aider mon fils à progresser. Ce qui m’a poussé par la suite à en faire mon métier. Mon fils Yanni a aujourd’hui 20 ans. Il parle ( kabyle et français), il chante. Il fait de la natation et de l’équitation. J’ai réussi au fur et à mesure à le comprendre et à savoir ce qu’il veut avant même qu’il le demande.

Je termine en vous conseillant de laisser jouer vos enfants avec leurs copains. De ne pas les mettre devant les écrans. Laissez les se salir même avec de la boue. Je vous ai raconté mon histoire afin que les autres mamans ne se culpabilisent pas comme moi. Vous n’avez rien fait, ce n’est pas de votre faute. Mais, il faut une fois le choc du diagnostic passer, ne pas se lamenter sur son sort mais aider au mieux son enfant à progresser dès le plus jeune âge.

Je suis prête à aider toutes celles et tous ceux qui le veulent.

* Cet article est rédigé par Dalila ARIBI AMAROUCHE

16 commentaires sur « Dalila ARIBI AMAROUCHE* : mon fils est autiste, j’ai changé mon comportement, pour lui. »

  1. Dalila , t’es une mère spéciale, et t’as eu yanni qui est un enfant spécial.
    Son sourire remplis tout ce qui l’entoure avec une joie ennocente.
    Que dieu le protège et te donne la force

    J’aime

  2. Je m’incline devant ton courage ton sacrifice et surtout ta persévérance a aider ton enfant et ne pas baisser les bras.. choses que beaucoup n’ont pas… Aujourd’hui Yanni est jeune homme épanouie grâce à ton dévouement … Que dieu te le garde et protège ton enfant et l’aider à aller de l’avant… Encore chapeau.

    J’aime

  3. A watma ton fils est unique tout comme tu es une maman unique je n oublierai jamais ce que tu fais pour mes enfants
    Ton fils est un ange à watma et les anges ne sont enfanté que par les anges

    J’aime

  4. bravo madame ,tu incarne la force d’une maman,une vraie ; j’admire ton courage à lutter et surtout à aider à lutter, une révolutionnaire contre un ennemi invisible que tu vaincras certainement. Quant à YANNI ,il s’en sortira je suis sûr. Bravo.

    J’aime

  5. Tu es une extraordinaire et vaillante maman à l’égard de son fils autiste à qui je souhaite un très bon rétablissement . C’est grace à ton abnégation que yanni retrouve aujourd’hui sa joie de vivre et son épanouissement. Eh bien Félicitations encore une fois pour ce que tu as pu faire pour cet adorable garçon. D’autres mères se trouvant dans ce même sort peuvent s’inspirer de ta prouesse pour sauver leur progéniture avec ta procédure . Bravo madame et un coucou pour Mohamed .

    J’aime

  6. Dalila est une femme courageuse, tendre, généreuse qui n’hésite pas à surmonter les obstacles pour les siens! C’est une épreuve difficile que de voir son enfant différent. Faire face à l’autisme et s’inventer pour accompagner son enfant est la preuve de cet amour infini et inconditionnel d’une mère exceptionnelle ! Je suis fière de toi ma Dalila! Ton amie

    J’aime

  7. La femme en général et la Kabyle en particulier est dotée par le créateur d’une force inouie dans ces moments pour surmonter toutes les épreuves : de par son abnégation, sa sagesse, son intelligence à se surpasser, mais surtout son grand coeur et sa main tendue jamais refusés pour aider les autres surtout quand il s’agit des siens. Comme on dit : « Dieu reconnaîtra les siens » Afud igarzen à toi et Mohamed.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :